Nouveau

Bande dessinée et antisémitisme

Première parution : Jean-Yves Camus, « Rire dans la fachospère : quand un dessin est-il antisémite? », Joël Kotek et Didier Pasamonik (dir.), Shoah et bande dessinée, Denoël, Paris, 2017, pp. 120-121.

Le terme fachosphère désigne, selon les journalistes David Doucet et Dominique Albertini1, l’ensemble des sites internet qui servent à l’extrême-droite de « levier de développement providentiel (pour) compenser sa moindre présence dans les médias traditionnels ». L’extrême-droite, marginalisée après 1945, a d’abord utilisé le crayon comme arme polémique dans des publications confidentielles (La dernière lanterne, 1946-47), puis dans l’hebdomadaire Rivarol où officia dans les années 50-60 le caricaturiste Ralph Soupault (1904-1962), collaborateur de Je suis partout et du Pilori où parait, le 27 septembre 1940 soit quelques jours avant la publication du premier Statut des juifs, l’un de ses plus célèbres dessins : un boucher juif aux traits caricaturaux, son tablier blanc tâché de sang, est entouré de deux personnes crucifiées sur son étal. Saisissante fusion entre la racialisation du Juif opérée par les nazis et le thème chrétien du peuple déicide, dont la fonction n’est pas de faire rire mais d’effrayer, de susciter le dégoût et la haine, tant sont absentes la dérision, le second degré et le comique de situation.

Dans les années 60 et 70, l’extrême-droite fait passer le dessin antisémite au second plan. L’anticommunisme viscéral et la lutte contre le gauchisme donnent naissance, sous la plume de Jack Marchal, auteur du feuilleton « Les Rats maudits » paru dans la revue satirique Alternative, (1973-75), au symbole du rat noir utilisé jusqu’à nos jours par la jeunesse néo-fasciste (du GUD notamment) et détourné de l’œuvre de Raymond Macherot. Marchal pratique le retournement du stigmate : le néo-fasciste se glorifie de sa filiation avec les vaincus des « heures les plus sombres de notre histoire». Son rat noir, qui porte souvent une croix celtique, parsème son parcours de provocations antisémites, comme dans cette caricature d’Alain Krivine, qui, dans une bulle, dit à propos des militants d’extrême-droite : « Oradour, Assas, Treblinka ». La tendance s’accentue lorsque le communisme s’effondre, pour aboutir à l’affiche du GUD (1995) titrée « A Paris comme à Gaza, Intifada ».

L’antisionisme radical, le négationnisme et la glorification du nazisme, cette fois sans la moindre autodérision, marquent des bandes dessinées de piètre facture graphique mais devenues « cultes », ainsi l’album de Sergueï (homonyme du dessinateur du Monde) et Olric « Y a-t-il une vie après la mort ? »(1992), diffusé dans les milieux nationalistes-révolutionnaires.1485239051

Le Front national, à l’époque (années 80-90) où sa propagande est relayée par des journaux amis, ne désavoue pas les dessins antisémites que ceux-ci publient. En 1986, à la « une » de Minute, Aramis représente Laurent Fabius « avec tous les attributs de Nosferatu le vampire, de Murnau » (Serge de Beketch). Les mains en serre et maculées de sang du Premier ministre d’alors sont là pour suggérer sa responsabilité supposée dans l’affaire du sang contaminé. La thématique est ancienne, le trait, classique. La véritable nouveauté apparait avec la mise en dessins du négationnisme, en particulier par Konk (pseudonyme de Laurent Fabre, 1944-) qui, convaincu depuis le début des années 80 par les thèses de Robert Faurisson, est écarté de la grande presse, trouve refuge à National-Hebdo et publie en 1986 l’album Aux voleurs ! , dont une double page est consacrée à l’inexistence des chambres à gaz. Cette fois la sobriété du trait et des légendes, l’absence (relative) des stéréotypes physiques traditionnellement assignés aux juifs sont au service d’une cause qui cadre avec la trajectoire idéologique de l’auteur, venu de l’extrême-gauche. Il s’agit de « nazifier » Israël et les juifs, de leur faire porter la responsabilité de la seconde guerre mondiale et des conflits proche-orientaux, de dépeindre le persécuté (mais affabulateur) d’hier comme le persécuteur contemporain des palestiniens.

La conjonction de l’antisionisme radical et de la négation de la Shoah, dans un contexte où internet tend à remplacer le support-papier comme vecteur de la culture fasciste « underground », a produit depuis nouvelle génération de caricaturistes qui ne sont pas des produits idéologiques de l’extrême-droite historique mais dépassent en obscénité et virulence leurs prédécesseurs fascistes. Ainsi la mouvance d’Alain Soral et de Dieudonné, marquée par le tropisme philo-islamiste et le pseudo « antisionisme » gauchiste, fait réémerger dès le milieu des années 2000 les poncifs anti-juifs de la propagande nazie, telle qu’elle s’exprimait dans l’hebdomadaire Der Stürmer. Noël Gérard alias « Jo le Corbeau » avec son album Shoah Hebdo (2014), parodie négationniste de Charlie Hebdo et son confrère Pascal Fernandez alias Zéon, collaborateur régulier du site Egalité et Réconciliation, en sont les deux figures de proue. Le second a remporté le 31 mai 2016, pour un dessin titré Shoah Business, le Concours international de caricature et de dessin organisé à Téhéran avec l’aval des autorités iraniennes.

Tous deux se défendent de tout antisémitisme, expliquent qu’ils ne ciblent pas les juifs en général mais seulement ceux dont ils pensent qu’ils utilisent la Shoah à des fins politiques, notamment pour exonérer Israël, en tant qu’Etat, de toute critique. Cette précaution sémantique, visant entre autres à éviter une condamnation en justice, est irrecevable. En effet, leurs dessins, loin d’être conçus pour provoquer le rire, le sont pour déclencher la colère et la détestation de celui qui les regarde envers les « sionistes », mot codé pour désigner les juifs. Le dessin primé de Zéon montre ainsi un tiroir-caisse dont la partie supérieure est dessinée comme le porche d’entrée de Birkenau, le tiroir lui-même laissant entrevoir des liasses de billets, tandis que le compteur affiche le chiffre de 6 millions.

Il s’agit ni plus ni moins d’une retranscription graphique du credo négationniste imputant l’invention de la Shoah au supposé esprit de lucre des juifs ainsi qu’à leur volonté de financer la création et la permanence d’Israël. Les dessins de « Joe le corbeau » eux, reproduisent les stéréotypes physiques utilisés par les classiques antisémites du XXè siècle, à commencer par la reprise de la couverture de la première édition française des Protocoles des Sages de Sion : un homme aux cheveux crépus et au nez crochu, tient dans ses mains en forme de serres de rapace le globe terrestre. Les deux auteurs utilisent aussi abondamment, pour suggérer l’étrangeté radicale et l’inassimilabilité supposées des juifs, la thématique du juif orthodoxe (haredi) dessiné avec ses attributs vestimentaires et ses papillotes, dépeint comme violent, raciste et fourbe. Construit sur un non-sens (les haredim ne sont pas sionistes), ce stéréotype a d’autant plus de succès, en-dehors même des milieux antisémites, que s’est propagée l’idée viciée d’une équivalence des « intégrismes » dans les trois religions monothéistes.

 Note

1 La Fachosphère. Comment l’extrême droite remporte la bataille du Net, Flammarion, 2016

Publicités