Nouveau

Le Front national, agent perturbateur du système politique français

head FF

Oeuvre de Franz Falckenhaus

Version française de Joël Gombin, « Der Front National ist nur ein Störfaktor », Tagesspiegel, 13 juin 2016.

La quasi-élection du candidat du FPÖ à l’élection présidentielle autrichienne a eu un certain écho en France, certains y voyant comme une réplique d’un séisme de droite extrême qui secouerait toute l’Europe, et pourrait bien toucher la France en 2017. La plupart des commentateurs s’accordent en effet à penser que Marine Le Pen, la présidente du Front national, sera présente au second tour. Il semble moins évident qu’elle puisse faire aussi bien que son collègue autrichien…

La première dimension à prendre en compte pour comprendre en quoi le succès actuel du FN en France est à la fois comparable et différent à celui d’autres partis de droite populiste radicale en Europe est l’histoire. Contrairement à des pays comme l’Autriche, en France l’extrême droite a été fortement discréditée politiquement après la Seconde guerre mondiale, et jusqu’en 1984 à quelques brèves exceptions près, notamment durant la guerre d’Algérie, elle est électoralement très marginale.

Mais, à l’inverse, la France n’entretient pas un rejet aussi fort qu’en Allemagne de tout ce qui touche à la période des fascismes ; et le souvenir des expériences historiques de régimes fascisants y est plus lointain qu’en Espagne, au Portugal ou en Grèce.

Une extrême droite puissante électoralement a pu ainsi se reconstituer en France dès les années 1980 ; ce qui signifie aussi que l’ancrage du Front national dans le paysage politique français est plus profond que beaucoup de partis relevant de vagues récentes de développement des partis nationaux-populistes, tels le PVV néerlandais, le UKIP britannique ou, dans un genre un peu différent, la Ligue du Nord italienne.

Pourtant, au-delà de ces histoires différentes, la plupart des pays d’Europe occidentale sont travaillés par les mêmes mouvements tectoniques. Les clivages traditionnels, qu’avaient si bien analysés Seymour M. Lipset et Stein Rokkan dans les années 1960, s’affaiblissent partout, même s’ils n’ont pas complètement disparu. De vieux partis tentent de survivre, mais ils ne sont plus capables de donner un sens à la mobilisation de leur base électorale. À l’inverse, de nouveaux clivages émergent. De nombreux politologues soulignent l’importance d’une dimension qui émerge progressivement à partir des années 1960, qu’on appellera « nouvelle politique », « post-matérialisme », « libéralisme culturel » et son inverse, l’ « autoritarisme », etc.

Les partis populistes de la droite radicale s’inscrivent avant tout sur ce « deuxième axe », et sont souvent ceux qui s’y inscrivent le plus clairement. En France, Vincent Tiberj a montré comment le FN mobilise fortement un électorat antilibéral culturellement ; il n’est guère concurrencé sur ce créneau que par la droite de Nicolas Sarkozy, auprès des électeurs les plus libéraux économiquement. Les droites françaises sont travaillées en profondeur par ces enjeux depuis plusieurs décennies, avec des convergences à la base fortes sur les questions culturelles entre les électeurs de la droite traditionnelle et ceux du Front national.

Mais, tout comme les mouvements des plaques tectoniques peuvent être insensibles pendant de longues périodes pour ensuite libérer une grande quantité d’énergie de manière très soudaine et très violente, le champ politique français n’a probablement pas encore subi tous les effets de ces mouvements tectoniques. Ici, il faut prendre en compte un troisième paramètre : les institutions et le système partisan. Les institutions de la Ve République encouragent structurellement une vie politique bipolaire, et rendent nécessaire de constituer des coalitions pour l’emporter. Cette situation a de fait exclu le Front national de l’accès aux positions de pouvoir significatives. En cela, la situation de la France est fort différente de celle des pays pratiquant le scrutin proportionnel, où les partis de droite radicale ont pu être intégrés comme partenaires minoritaires à des coalitions dirigeantes, à l’instar du FPÖ en Autriche ou de la Ligue du Nord en Italie.

En France, un système partisan essentiellement tripolaire et des institutions faites pour deux acteurs rendent aujourd’hui le fonctionnement du système démocratique extrêmement incertain : le rapport entre l’expression démocratique de l’électorat et les résultats en termes de parti au pouvoir et de politiques menées devient de plus en plus ténu. Cela mine la confiance de la population dans les institutions politiques. Or, la défiance politique est, on le sait, l’une des causes principales du vote pour le Front national. Dès lors, s’enclenche un cercle vicieux dont nul ne peut dire aujourd’hui comment on pourra en sortir. Ainsi, à institutions constantes, et sauf circonstances exceptionnelles comme le furent par exemple celles de la scission du parti lepéniste en 1999, on voit mal aujourd’hui ce qui pourrait entraver l’ascension du FN, sans pour autant que son accès au pouvoir d’État apparaisse en l’état actuel des choses comme vraisemblable.

L’importance du Front national dans la vie politique française des prochaines années pourrait donc bien tenir non pas à son influence directe sur le pouvoir et sur les politiques menées, mais sur sa capacité à gripper le fonctionnement du système tout entier. Il devrait sans doute inciter à une réflexion sur le rapport entre les institutions politiques du pays, forgées à la grande époque des clivages traditionnels, et l’état de la société et du système partisan, qui a profondément évolué depuis.

 

Publicités