Nouveau

Internationalisation des droites radicales Europe/Amériques : des Passeurs aux Vecteurs

tete planches source inconnueLe programme de recherches IDREA (Internationalisation des droites radicales Europe/Amériques) bat son plein. Lancé en 2011, son premier atelier, dédié aux «passeurs», a été organisé à Metz les 17 et 18 novembre 2011 sous l'égide de la MSH-Lorraine et dans le cadre de l'axe 4 «Mémoire et culture». Il a réuni 14 chercheurs français et étrangers issus de différentes disciplines. Ce premier atelier vient de donner lieu à la publication d'un ouvrage, alors que le second atelier se déroulait en ce mois de novembre 2012, cette fois quant aux «supports et vecteurs». Il fera l'objet d'un nouvel opus fin 2013, tandis que se tiendra un troisième atelier. Vous pouvez trouver ci-dessous quelques informations sur cet ouvrage et ces journées.

Olivier Dard dir., Doctrinaires, vulgarisateurs et passeurs des droites radicales au XXe siècle (Europe-Amériques), Peter Lang, 2012, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2012. VIII, 339 p.

Dans une approche centrée sur les transferts culturels et politiques, le pari a été fait de ne pas seulement présenter des figures dont l’oeuvre doctrinale est reconnue mais de mettre en avant l’importance des vulgarisateurs et des passeurs dans ces processus de circulations, de constitution de réseaux et plus largement d’internationalisation des droites radicales des deux côtés de l’Atlantique.

Contenu : Olivier Dard : Introduction – Olivier Dard : Jacques Ploncard d’Assac, « La Voix de l’Occident » – Francis Balace : Pierre Joly, le passeur d’illusions. Faux activiste ou vraie barbouze ? – Philippe Vervaecke : «The European». Sir Oswald Mosley et l’internationalisation du fascisme britannique, 1947-1966 – Catherine Lanneau : Du gaullisme à la droite radicale. Les étranges « compagnons de route » belges de l’Europe gaullienne – Nicolas Lebourg : François Duprat, un itinéraire de passages – Pauline Picco : Franco G. Freda : idéologue, éditeur, activiste. Un passeur au coeur des réseaux intellectuels européens d’extrême droite – Stéphane François : Alain de Benoist et les Etats-Unis : une relation complexe – Caroline Rolland-Diamond : Jared Taylor : figure modérée du réseau nationaliste blanc américain ? – Valérie Igounet : Des passeurs au service d’idéologies transnationales. Robert faurisson, l’idéologue du négationnisme – Damir Skenderovic/Luc van Dongen : Gaston-Armand Amaudruz, pivot et passeur européen – Chelsea Stieber : Gérard de Catalogne, passeur transatlantique du maurrassisme entre Haïti et la France – Humberto Cucchetti : Enrique Zuleta Alvarez, nationaliste argentin entre fidélité à Maurras et perspectives hispano-américaines – Olivier Compagnon : L’intégrisme transatlantique de Gustavo Corção.

Vous pouvez commander cet ouvrage en ligne.

Le programme de l’Atelier 2012

Mercredi 24 octobre 2012

9h30-12h30

Accueil : Jacques Walter (directeur adjoint de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine)
Introduction : Olivier Dard (université de Lorraine)

LE CAS FRANÇAIS
Présidence : Romain Huret
Valérie Igounet (IHTP) : Vers une internationalisation du négationnisme, 1948-2012 : diffusion d’une propagande en France et à l’étranger
Nicolas Lebourg (université de Perpignan) : La révolution internet a-t-elle induit une révolution idéologique ? D’Unité radicale au Bloc identitaire
Stéphane François (université de Valenciennes) : Une plate-forme de diffusion idéologique sur internet : la librairie Librad

14h00-18h00

ÉTUDES DE CAS EUROPÉENNES : FRANCE – BELGIQUE
Présidence : Ana Isabel Sardinha
Francis Balace (université de Liège) : Rhubarbe et séné, encre et papier. Echanges de tribunes entre droites radicales de France et de Belgique
Catherine Lanneau (université de Liège) : Europe-Amérique, Europe-Magazine : un hebdomadaire belge, organe de l’extrême droite française 1945-1960 ?

ÉTUDES DE CAS EUROPÉENNES : ALLEMAGNE – ITALIE
Présidence : Michel Grunewald
Gideon Botsch (Moses Mendelssohn Zentrum, Postdam) : Im Dienste europäischer Neuordnung ? Die Monatsschrift Nation Europa und der Europäische Rechtextremismus in der Nachkriegszeit : Au service d’un Ordre européen nouveau ? La revue mensuelle Nation Europa et l’extrémisme de droite européen de l’après-guerre
Pauline Picco (université Paris IV) : Ordine Nuovo et les Edizioni Europa. Penser un « monde commun » au sein de l’extrême droite européenne : des réseaux culturels et éditoriaux transnationaux

Jeudi 25 octobre 2012

9h00-12h30

ÉTUDES DE CAS EUROPÉENNES : L’EXEMPLE PORTUGAIS
Présidence : Olivier Compagnon
Riccardo Marchi (Instituto de Ciências Sociais, Université de Lisbonne) : La Nouvelle Droite au Portugal en revues : avancées et reculs pour une « Nova Cultura » de l’extrême droite lusitanienne
Ana Isabel Sardinha (université Paris III) : Découvertes (1964-1974), « La Revue française de
Lisbonne » : présences du nationalisme radical européen au Portugal des années 60 et 70

LES AMÉRIQUES
Présidence : Didier Musiedlak
Romain Huret (Université de Lyon II/IUF) : Faire entendre la voix des conservateurs. Magazines, radios et maisons d’édition dans la nébuleuse conservatrice américaine (1940-1970)

14h00-17h30

LES AMÉRIQUES (suite)
Présidence : Didier Musiedlak
Michel Bock (université d’Ottawa), Hugues Theoret (université d’Ottawa) : Les revues traditionalistes canadiennes-françaises devant les droites européennes : l’exemple de l’Action nationale et de Tradition
et progrès (1945-1970)
Olivier Dard (université de Lorraine, MSH Lorraine) : Aujourd’hui Québec et ses collaborateurs français : circulations et transferts
Olivier Compagnon (université Paris III) : La circulation des théories de la contre-subversion en Amérique latine : bilan historiographique
Humberto Cucchetti (CONICET) : Droites radicales en Argentine : circulations intellectuelles et circulations d’intellectuels dans Dinámica Social (années 1950-1965)

Advertisements

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Cyber-propagande et subculture : le cas Librad | Fragments sur les Temps Présents
  2. Derecha radical, fascismo y extrema derecha en Europa y América | Fragments sur les Temps Présents

Les commentaires sont fermés.