Nouveau

Anatomie d’un scrutin

Vesalius_164frcPropos de Sylvain Crépon recueillis par l’Agence France Presse

Comment analysez-vous le résultat du FN ?

C’est l’idéal pour le FN, ça conforte leur stratégie parfaitement: ils prennent des villes emblématiques mais n’en prennent pas trop. Ils dépassent les mille conseillers municipaux FN, ils vont avoir une représentativité, des relais dans les conseils municipaux. Ils reviennent à l’avant-scission (avec Bruno Mégret qui a créé le MNR en 1999, ndlr): ils vont enfin tourner la page. Je ne dis pas qu’ils vont accéder au pouvoir, mais ils sont en ordre de marche. Ce ne sont pas des gens importants dans le parti qui sont élus mais ils sont pour la plupart proches de Marine Le Pen. La défaite des leaders emblématiques (Louis Aliot à Perpignan, Florian Philippot à Forbach et Gilbert Collard à Saint-Gilles), c’est peut-être pas plus mal pour elle d’un strict point de vue de leader, car elle a les coudées franches. Son leadership à l’intérieur ne va pas être contesté par des gens qui auraient un mandat trop important.

Quelles sont ces villes que prend le FN?

Ce sont à la fois des toutes petites villes, des villes moyennes et un secteur d’une grande ville. Ils ont une ville dans le Pas-de-Calais, une dans l’Est, des villes ouvrières, d’autres dans le Sud, avec une sociologie de droite plus classique. Ils couvrent des problématiques sociologiques, économiques assez vastes. Symboliquement, emblématiquement, pour eux c’est bien.

Comment ce « frontisme municipal » va-t-il se traduire sur le terrain?

Dans les mairies, ils vont faire une gestion de bon père de famille, comme l’a annoncé Marine Le Pen. Ils vont essayer de se donner une légitimité gestionnaire, je pense qu’ils peuvent relever le défi. Le FN n’avait pas suffisamment de personnels pour gérer trop de villes mais s’il s’agit d’une dizaine, ils vont pouvoir mettre toutes leurs forces dans leur gestion.

En revanche, les conseillers municipaux d’opposition que le FN va obtenir dans certaines mairies seront des relais idéologiques, qui vont appuyer là où ça fait mal, sur les Roms, sur les subventions aux associations, etc.

La vidéo du live de Médiapart le sor du second tour des municipales, avec Céline Braconnier, spécialiste des comportements électoraux, Sylvain Crépon, spécialiste de l’extrême droite et du Front national, Frédéric Sawicki, spécialiste des organisations, des mobilisations politiques et du parti socialiste. Marine Turchi, Mathieu Magnaudeix et Ellen Salvi, journalistes à Mediapart :

Publicités