Nouveau

Ce que disent nos hommes politiques

Que disent de nos responsables politiques les mots qu’ils utilisent ? Cécile Alduy, professeur de littérature à l’université de Stanford, a débattu, avec Martial Foucault, de son dernier ouvrage Ce qu’ils disent vraiment. Les politiques pris aux mots (Seuil, 2017).

Cécile Alduy, professeur de littérature à l’université de Stanford, chercheure associée au Cevipof à Sciences Po et membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, a livré les résultats de l’enquête inédite menée pour son dernier ouvrage : elle a passé au crible plus de 1 300 textes – 2,5 millions de mots – écrits ou prononcés de 2014 à 2016 pour décrypter mots-clés, mots fétiches et mots tabous, et cartographié les positions de tous les candidats à l’élection présidentielle.

Le débat était animé par Martial Foucault, directeur du Cevipof.

Retrouvez un entretien avec Cécile Alduy :

Présentation de l’éditeur : 

« Liberté », « laïcité », « sécurité », « peuple », « identité »… Les hommes politiques aiment les mots qui claquent ou qui clivent. Mais quel sens précis leur donnent-ils ?

À l’aube d’une année électorale à hauts risques, et dans le contexte de montée du Front national et de menace terroriste accrue, il est urgent de clarifier le sens des mots du débat politique.

Pour la première fois, une analyse scientifique décode la logique du discours des politiques qui se disputent l’élection présidentielle de 2017 – Marine Le Pen, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, etc.– et de ceux qu’ils ont peu à peu supplantés – François Hollande, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé.

À la croisée d’un monde ancien et d’un monde nouveau, c’est la capacité des politiques à lire le monde contemporain et à le dire qui est scrutée.

L’auteur passe au crible plus de 1 300 textes – 2,5 millions de mots – écrits ou prononcés de 2014 à 2016 pour décrypter mots-clés, mots-fétiches et mots-tabous, et cartographier les positions de chacun et la reconfiguration du paysage politique.

Cette enquête sémantique, stylistique et rhétorique dévoile derrière l’écume des petites phrases la structure profonde de la vision du monde des politiques.

Que disent-ils ?

Qui est « de gauche » et « de droite » à l’heure des concepts politiques élastiques ?

Les « populismes » des deux bords se ressemblent-ils vraiment ?

Et quels sont les angles morts de ces orateurs aguerris qui manient aussi bien silences et non-dits que slogans et mots d’ordre ?

Plus que jamais, la bataille des idées passera par celle des mots. Et celui qui imposera son propre sens de la « laïcité » ou de la « République » aura remporté une victoire idéologique, au-delà même des résultats électoraux.

Advertisements