Nouveau

Jean-Yves Camus : les groupuscules d’extrême droite

Voici le deuxième volet des auditions de quatre contributeurs de Fragments sur les temps présents auditionnés à l’’Assemblée nationale le 30 janvier 2019 par la commission d’enquête parlementaire ayant pour objet « la lutte contre les groupuscules d’extrême droite ». Vous pouvez retrouver ici l’ensemble des propos liminaires et des débats de la commission de ce jour.

Extraite des vidéos tournées par les services de l’Assemblée, vous pouvez retrouver ci-dessous l’audition de Jean-Yves Camus quant aux réalités des groupuscules d’extrême droite.

Pour aller plus loin :

Une analyse de Jean-Yves Camus : « Xenophobia and Radicalism in France »

The problem with legislation on minorities is that they are not recognized as such, so there is very seldom a law that is passed on this specific issue. Nevertheless, there are laws dealing with what the French call « diversity » and which aim at enhancing the rights of people from an immigrant background or who originate from our overseas territories. One such piece of legislation was the Loi Egalité et Citoyenneté, which was passed on 22 December 2016.  The purpose of this law was to make French society more inclusive and more cohesive, in the aftermath of the 2015 and 2016 terrorist attacks. Chapter one of the law provided for the creation of a volunteer corps of citizens who are willing to perform duties such as helping schoolchildren to master the French language and learn the basics of the French Civil Rights legislation, as well as the basics of what being a French citizen means and implies. Lire la suite

 

Un entretien de Jean-Yves Camus sur le suprématisme blanc

Le suprémacisme est l’idée de la supériorité culturelle ou génétique d’un groupe humain, défini comme une race, sur les autres. Évitons l’erreur qui consisterait à le rattacher à la pensée des Lumières. Certains le font en lisant dans l’Encyclopédie l’article « Nègre » signé par Diderot. Hostile à l’esclavage, il décrit les Noirs comme des êtres laids mais humains, « une nouvelle espèce d’hommes », différente. Sans les réduire à l’état d’animaux, il évoque des gens étranges, qui ont « de la laine au lieu de cheveux ». Ce sont les préjugés du temps. La première occurrence du terme white supremacy se trouve sans doute chez des auteurs britanniques écrivant sur la situation aux Indes : T.S. Winn en 1824 ; Henry Bevan en 1839.  Lire la suite

Présentation et entretien vidéo à propos de l’ouvrage de Jean-Yves Camus et Nicolas lebourg : Les Droites extrêmes en Europe

 

 

Publicités