Nouveau

American paranos

fight-club-project-mayhem-wallpaper1Pourquoi la piste de l’extrême droite américaine a-t-elle été évoquée pour l’attentat de Boston ?

Stéphane François : L’extrême droite américaine est connue pour ses actions violentes et symboliques. Par le passé, elle a fait des attentats très violents comme à Oklahoma City, en 1995, ou à Atlanta, l’année suivante… Nous pourrions multiplier les exemples, en partant depuis les années 1960, et les attentats perpétrés par les Minutemen entre 1968 et 1972.

S’agirait-il d’organisations, de groupuscules, de milices ?

Il peut s’agir aussi d’individus seuls, pratiquants la stratégie du « Loup solitaire », une stratégie élaborée, en 1978, par un militant d’extrême droite.

Quel est leur lien avec le Tea Party ?

Il y a des porosités entre l’extrême droite américaine dure et le Tea Party, mais nous sommes quand même face à deux milieux différents, les seconds étant plutôt la frange radicale du parti républicain.

Où en est l’extrême droite américaine, depuis la réélection de Barack Obama ?

L’extrême droite américaine s’est considérablement radicalisée depuis l’élection de Barack Obama. En 2008, on dénombrait environ 250 mouvements d’extrême droite aux Etats-Unis. En 2012, on en compte plus de 1300, soit une augmentation de 750% depuis l’élection de Barack Obama ! Depuis le début des années 2000, on a vu le retour de théoriciens de la supériorité de la race blanche, dont certains sont des universitaires, comme Jared Taylor.

Quel est leur poids réel ?

Il est difficile à déterminer, car certains mouvements évoluent vers le séparatisme blanc : certains militants s’installent à l’écart des villes et du multiculturalisme pour vivre entre « blancs », selon un mode de vie assez survivaliste. Au-delà de cela, on a constaté le retour de sites et de revues faisant l’éloge de l’antisémitisme et du racisme… On a vu aussi la multiplication de milices. S’ils sont marginaux, ces groupes, mouvements ou milices peuvent avoir une capacité de nuisance assez forte tout de même.

Nous avions tendance à oublier la menace intérieure américaine, le dernier attentat remontant à 1995. Avions-nous tort ?

Complètement ! L’extrême droite américaine n’a jamais disparu. Elle a évolué, mais elle reste fidèle à ses discours, et à ses thèmes. Elle condamne toujours l’Etat centralisé, le melting pot, l’homosexualité, la décadence des mœurs en général, l’« invasion » des immigrés, etc. De manière récurrente, des attentats d’extrême droite sont perpétrés aux Etats-Unis, en particulier de la part des mouvements anti-avortements. Simplement ces informations ne traversent pas l’Atlantique.

Dans le cas d’un attentat lors du Patriot Day, suspecter l’extrême droite est rationnel. La violence sert certes à terroriser, mais elle a aussi une fonction symbolique, car elle renvoie à une forme de refus de l’Etat, les terroristes se présentant comme des patriotes face à un Etat qu’ils jugent illégitime, surtout depuis qu’il est dirigé par un afro-américain… C’est un classique pour l’extrême droite américaine que de faire des attentats ce jour-là : de mémoire, il y en a eu 5 depuis son instauration. Les milices américaines se présentent comme les descendantes des Minutemen de la guerre d’Indépendance. Ces milices se voient comme des patriotes se battant contre un pouvoir corrompu et se posant en défenseur de la liberté des individus. Pour cette extrême-droite-là, le jour de Patriot’ Day est particulièrement bien choisi.

De quoi se nourrissent ces milices ?

A la fois d’anticommunisme (au sens américain, bien sûr, puisqu’un social démocrate européen est déjà perçu comme un dangereux communiste), d’esprit libertaire aussi : l’Etat veut forcément restreindre la liberté des individus. Il y a cet esprit libertarien, qui peut se résumer par ‘la bible, le flingue, je défends mes droits et ma liberté’. Il y a aussi un refus de la société multiculturelle. Elire et réélire un président noir est un fait qui évidemment ne passe pas quand on est un suprématiste blanc. Le débat sur les armes est afférent à celui sur les libertés : ‘l’Etat veut me priver de ma possibilité de me défendre pour me soumettre ensuite’. Avec la liberté d’expression, c’est le cœur du problème. On trouve enfin un combat pour les valeurs chrétiennes : la défense des minorités, comme les homosexuels ne passe pas non plus. Il y a un terme pour résumer ces différentes facettes de l’extrême-droite américaine : les paléoconservateurs. Ce qu’on appellerait chez nous de francs réactionnaires, populistes et xénophobes. .

C’est donc d’abord le refus de l’Etat fédéral ?

C’est un classique de la droite et de l’extrême-droite américaines quasiment depuis l’Indépendance. Est-ce une fédération réelle d’Etats avec chacun un gouverneur qui fait ce qu’il veut dans son Etat ou est-ce un Etat avec un gouvernement centralisé ? Le débat est présent dès les origines des Etats-Unis. Ce courant de l’extrême-droite, c’est un refus du gouvernement. Et cette question n’existe pas seulement à l’extrême-droite. Prenez les films de Clint Eastwood : ses films montrent méthodiquement un refus du gouvernement.

Ces mouvements se nourrissent de beaucoup de paranoïa non ?

La paranoïa et la théorie du complot sont inhérentes à la culture américaine. Pour nous Européens, c’est d’autant plus inimaginable à comprendre que la société américaine est quand même très transparente. Plus la société est transparente, plus ils sont paranoïaques. Ils se disent : ‘s’ils nous montrent quelque chose, c’est qu’en fait ils nous cachent encore plus. De toute manière, le gouvernement n’est pas le gouvernement, derrière, il y a des officines.’ On retrouve ces thématiques dans des séries à succès comme X-Files. Les Américains sont paranoïaques. C’est propre à la culture américaine, comme l’a mis en avant Richard Hofstadter dans Le Style paranoïaque. Théorie du complot et droite radicale en Amérique, dès les années 60.

L’image d’une Amérique où le blanc chrétien est en train de devenir minoritaire accentue-t-elle cette paranoïa ?

Les thèses racialistes qui font la promotion de la supériorité de la race blanche se redéveloppent aux Etats-Unis depuis les années 2000, y compris dans les milieux universitaires. L’Amérique est de plus en plus métissée et, face à ça, il y a un repli des séparatistes blancs qui sont de plus en plus violents, au moins au niveau des textes. Se retrouvant en minorité, ces milieux se radicalisent.

On est donc dans un cycle de paranoïa qui génère une haine absolue et finit en  violence ?

Je renverserais peut-être la proposition. Il y a au départ une haine absolue qui elle dégénère en paranoïa. Malgré les avancées de la société américaine depuis les années 1960, il y a des milieux qui restent foncièrement racistes. Le Ku Klux Klan n’a toujours pas disparu ! Ces personnes sont racistes, et sont persuadées qu’elles sont persécutées parce qu’elles ont une vérité qui dérange. Au mieux, ces milieux-là sont des séparatistes blancs. Ils font le constat que les Etats-Unis sont devenus une nation multiethnique. Ils demandent à vivre dans les montagnes, en communauté blanche, sans être dérangés par qui que ce soit. Et à partir du moment où ils se sentent envahis, ils passent aux armes. Pour eux, à la fin, vu que l’Amérique s’est vendue à un président noir, il n’y a plus rien à en tirer, autant la faire sauter, malheureusement. Il peut y avoir en effet une radicalisation nihiliste.

Advertisements