Nouveau

Olivier Grimaldi est mort

falange1Par Jean-Yves Camus

Le président du Cercle Franco-hispanique (CFH) Olivier Grimaldi, est décédé le 9 mars 2014 des suites d’une longue maladie. Né en 1953 en Algérie française, rapatrié en métropole en 1962 il avait milité à l’Action française puis à Ordre nouveau et au Parti des Forces nouvelles avant de créer en 1984 avec son épouse le CFH et son bulletin la Lettre des amitiés franco-espagnoles (n°90 publié en janvier 2014), consacrés à la défense et au souvenir du phalangisme espagnol et en particulier de José Antonio Primo de Rivera. Il s’était également associé aux travaux du Mouvement d’Initiatives Nationales (MIN). Le CFH avait été fondé un 20 novembre, date anniversaire de l’exécution de José Antonio (1936) et de la mort du général Franco (1975).

Olivier Grimaldi était très proche ces dernières années, de la revue Synthèse nationale qui a réédité en octobre 2013 l’ouvrage Présence de José Antoni, publié dix ans plus tôt sous sa direction. Il maintenait des contacts réguliers avec Alberto Torresano, responsable des relations internationales de La Phalange, mouvement espagnol avec lequel le Front national correspondait jusqu’à ce qu’en 2008 la direction frontiste rompe des liens jugés incompatibles avec sa volonté de « normalisation ». Il était toutefois plutôt sur la ligne du mouvement Fuerza Nueva et de son dirigeant Blas Pinar, ultime survivant du « bunker » franquiste, décédé le 28 janvier dernier.

Le CFH, domicilié à la même adresse que l’ex-Œuvre française, avec laquelle il partageait la mémoire du général Franco et de José Antonio, fait dire chaque année une messe à leur mémoire. Elle est célébrée (comme le 23 novembre 2013) à l’église Saint Nicolas du Chardonnet, en accord avec les convictions catholiques traditionalistes d’Olivier Grimaldi, dont les obsèques auront lieu dans le lieu de culte de la Fraternité Saint Pie X. Les commémorations constituent une part importante des activités du CFH, dont une délégation se rend chaque année à la cérémonie du mémorial phalangiste de Valle de los Caidos, près de Madrid. On avait également vu en 1987 Olivier Grimaldi participer au « défilé de Jeanne d’Arc » à Paris, sous une banderole rappelant l’engagement en 1937 d’une légion de volontaires français venus combattre aux côtés des franquistes.

Il avait participé une dernière fois, le 11 novembre 2013, au rassemblement annuel de Synthèse nationale. Le CFH est remarquable en ce qu’il est l’unique mouvement français voué à la défense d’un mouvement nationaliste européen des années 30, excepté le Cercle des amis de Léon Degrelle, qui perpétue le souvenir du Rexisme.

Advertisements