Nouveau

Comprendre l’Europe d’Anders Breivik

Après l'attentat d'Oslo, nous avions proposé en juillet 2011 un billet présentant une sélection des interventions des contributeurs de FTP pour expliciter l'idéologie, le mode opératoire, les conséquences d'un tel acte. A l'heure du procès d'Anders Breivik, nous updatons ici ce billet. Au-delà du crime individuel sis en Norvège, il est patent que cet évènement et ses soubassements idéologiques ont un effet de révélateur des évolutions des sociétés européennes lors de la dernière décennie. 

L’inscription de la méthodologie des attaques dans une histoire de la violence d’extrême droite est soulignée par Jean-Yves Camus dans un échange avec la RTBF et dans cette interview pour Le Monde des religions, par cet entretien de Nicolas Lebourg avec Le Monde. Le problème de l’analyse sécuritaire du double attentat est faite dans cette intervention de Jean-Yves Camus auprès de la Télévision Suisse Romande.

La question du rapport avec les formes néo-nazies étasuniennes de violence a été traitée par Jean-Yves Camus auprès de la plateforme Toute l’Europe, par Stéphane François pour L’Express, et par Nicolas Lebourg auprès du quotidien espagnol La Razon. On trouvera une discussion entre Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg dans ce journal du soir d’ Europe 1 sur la question des extrêmes droites et de la violence. Enfin, Jean-Baptiste Pointel expose le processus juridique norvégien dans cet entretien à Libération.

L’inscription de l’idéologie du terroriste dans un cadre de réorganisation globale des extrêmes droites européennes a été débattue par Stéphane François sur le plateau de C Dans l’air (France 5). Elle est vue par Nicolas Lebourg dans La Croix et est traitée par Jean-Yves Camus dans cet entretien au Nouvel Observateur, celui au journal algérien El Watan et au comorien Al Balad, question qu’il a abordée également auprès de la presse canadienne et slovaque ou sur le plateau de la chaîne francophone TV5. Comme il l’a écrit dans la revue de l’ENA il s’agit en fait d’une étape nouvelle de l’extrême droite à l’échelle européenne.

Dès lors, s’est posée la question de la responsabilité de l’extrême droite, vue ici par Jean-Yves Camus pour Jornal de Angola, et, pour L’Express conjointement avec Stéphane François. Ce dernier en a également traité dans ce tchat avec les lecteurs de Libération, tandis que Nicolas Lebourg répondait à cette question dans le journal du soir de RTL mais précisait au Point que cela ne signifierait pas un affaiblissement du Front National, bien au contraire. Les réactions de Laurent Ozon s’expliquaient pour Stéphane François (L’Express.fr) comme pour Nicolas Lebourg (Marianne 2) par son adhésion au logiciel néo-droitier. Jean-Baptiste Pointel précisait les données statistiques de la criminalité norvégienne après que le conseiller écologie de Marine Le Pen imagina que « 100% des viols » à Oslo soient l’oeuvre d’immigrés (sur L’Express.fr).

Le rôle des peurs provoquées par l’immigration est questionné par Jean-Yves Camus dans ces échanges avec l’allemand Deutsche Welle, le journal portugais Publico et Le Pèlerin. Auprès de Libération,Nicolas Lebourg a quant à lui souligné la popularité des thématiques islamophobes et que celle-ci impliquait une responsabilité qui ne pouvait se limiter à l’extrême droite stricto sensu, soit un problème de repositionnement des droites également soulevé au journal du midi de RFI. Il s’agit donc d’interpréter les nouvelles importances accordées à l’islam et aux extrêmes droites en Europe, tel qu’il fit en ce journal de la Télévision Radio Canadienne et dans cet entretien publié par l’hebdomadaire brésilien Carta Capital. Dès lors, Jean-Yves Camus considère, qu’au-delà du poids des extrêmes droites dans les pays scandinaves (voir entretien dans Le Figaro), et du cas du parti du Progrès en Norvège (voir entretien ans Le Point), se posent également les questions des mutations des sociétés et Etats d’Europe face au multiculturalisme et à la mondialisation (voir l’entretien de Jean-Yves Camus sur France24).

Oslo a également servi d’étalon de comparaison à d’autres crimes survenus depuis. David Bison a souligné ce que cela avait d’opératoire dans le cas des crimes racistes perpétrés en Italie par Gianluca Casseri. Consécutivement aux crimes de Mohamed Merah, Nicolas Lebourg a explicité pour Le Nouvel Observateur pourquoi l’extrême droite avait d’abord été soupçonné à tort et comment lire ses réactions à l’aune du contexte islamophobe (ses articles sont aussi  disponibles en anglais sur le site OpenSecurity ici et ).

Relativement aux aspects culturels, Stéphane François a entre autres abordé la question de la compatibilité de l’engagement maçonnique et extrémiste radical dans cet entretien à Préférence nationale, blog journalistique de décryptage des extrêmes droites, et traité des divers aspects culturels, tel que le polar nordique riche en néo-nazis, dans une série d’entretiens avec l’organe québécois Le Devoir. Enfin, les aspects maçonniques et templiers ont été traités dans le cadre de ce débat sur la RTBF.

A l’ouverture du procès du terroriste, Stéphane François pour L’Express.fr, et Nicolas Lebourg pour Marianne2 répondent chacun à un entretien qui reprend l’ensemble de ces questions. Post-verdict, on trouvera dans le quotidien portugais Publico les dernières remarques de Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg.

Publicités