Nouveau

Partis et mouvements des droites radicales – Internationalisation des Droites Radicales Europe Amériques IV

BallaAprès avoir abordé les doctrinaires et les vulgarisateurs, les supports et les vecteurs, les thématiques les références des droites radicales, l’objectif de ce dernier atelier d’IDREA est de réfléchir sur les liens de ces différentes composantes avec les organisations, partis ou mouvements. Trois pistes pourront être retenues. La première s’attachera aux producteurs de discours et d’analyses et à leurs tentatives pour les adosser à des organisations constituées ad hoc (exemple, pour le cas français du Mouvement national populaire durant les années 1960). La seconde s’emploiera à mettre l’accent sur les circulations repérables, dans les organisations nationales existantes, en montrant par exemple comment peuvent s’effectuer des réemplois dans les symboles, les références et les répertoires d’action (exemple du MSI et des débuts du FN, etc.) La troisième s’attachera aux tentatives de constitutions de structures à vocation internationale (Malmô, WACL, etc.).

Comme pour les rencontres précédentes, il s’agira de mettre l’accent sur les éléments de transversalité en privilégiant les circulations et les transferts repérables. Il conviendra aussi de s’interroger en l’espèce, et tout particulièrement, sur la répartition du travail politique entre les différents acteurs considérés à l’occasion des rencontres précédentes et les organisations et mouvements. L’accent pourra être mis sur les porosités et les hybridations repérables afin de prolonger et d’amplifier la réflexion sur les relations des droites radicales à l’international dans le cadre euro-américain.

Jeudi 16 octobre 2014programme IDREA4 Recto Verso sans logo

14h00-17h00

Accueil et présentation de l’atelier

DU DISCOURS A L’INSTITUTIONNALISATION

Présidence : Miguel PERFECTO

Romain Huret (EHESS) : « L’ami de tous les contribuables? Jack Kemp, le parti républicain et la fin du consensus fiscal (1935-2009) »

Olivier Dard (MSH Lorraine, Université de Paris-Sorbonne) : « Du Mouvement national populaire au Rassemblement européen pour la liberté : un cas d’école et ses enseignements »

Humberto Cucchetti (CONICET/Buenos Aires) : «La part du transnational dans l’Action française après 1945 »

Vendredi 17 octobre 2014

9h00-12h30

CIRCULATIONS ET RÉEMPLOIS

Présidence : François AUDIGIER

Miguel Perfecto Garcia (université de Salamanque) : « La droite radicale argentine et l’Espagne. Relations culturelles et interdépendances »

Stéphane François (université de Valenciennes) :« Le réemploi des thématiques SS par les milieux identitaires radicaux »

Riccardo Marchi (Instituto de Ciênciais Sociais, université de Lisbonne) : « La réutilisation des symboles, références et actions par les groupes identitaires portugais »

14h00-17h00

RELATIONS ET STRUCTURES À VOCATION TRANSNATIONALE

Présidence : Michel GRUNEWALD

Nicolas Le bourg (université de Perpignan) : « De Jeune Europe au Front Européen de Libération : étude comparée de deux internationales nationalistes-révolutionnaires »

Pauline Picco (IEP de Rennes), Valérie Igounet (IHTP) : « La flamme, une histoire des relations FN / MSI »

Bilan du programme et discussion générale

Publicités

1 Trackback / Pingback

  1. Du Mouvement nationaliste du progrès au Rassemblement européen pour la liberté : un cas d’école et ses enseignements | Fragments sur les Temps Présents

Commentaires fermés