Nouveau

L’Identité européenne et le nordicisme

Thor_und_die_MidgardsschlangeEntretien de Stéphane François avec le site La Horde , à propos de la parution de son ouvrage Au-delà des Vents du Nord. L’extrême droite française, le pôle Nord et les Indo-Européens :

-A la lecture du livre, on ne peut être que frappé par la prédominance du GRECE et de la Nouvelle Droite. Est-ce une volonté de votre part de centrer l’étude sur cette mouvance ou bien sont-ils les seuls en France à s’être intéressés à cette question ?

Stéphane François : Il est vrai que j’ai consacré plusieurs travaux à la Nouvelle Droite, j’ai donc tendance à privilégier cette école de pensée, mais le GRECE[2] dans les années 70 et 80 s’est effectivement très intéressé à cette question, reprenant un thème de prédilection d’Europe-Action, dont un certain nombre de néo-droitiers proviennent à commencer par « Fabrice Laroche », c’est-à-dire Alain de Benoist[3]. Celui-ci, qui était le secrétaire de rédaction sous le pseudonyme de Fabrice Laroche, Jean-Claude Valla, Pierre Vial[4], Jean Mabire[5], « Julien Lebel » (Dominique Venner) fondèrent en 1968 le GRECE, après être passé par Europe-Action.

Mais revenons à votre question : La thématique indo-européenne passionne les néo-droitiers depuis la fondation du GRECE en 1968. Nous trouvons parmi eux de très bons connaisseurs du sujet : Alain de Benoist (qui s’est intéressé à cette question dès 1965), Jean-Claude Rivière, Jean-Paul Allard, Jean Varenne et, surtout Jean Haudry. Benoist, Rivière et Allard faisaient partie à cette époque de l’équipe éditoriale de Nouvelle École. Alain de Benoist en est toujours le responsable, Jean-Claude Rivière et Jean-Paul Allard furent des membres de son comité de rédaction, Allard collaborant aussi dans les années soixante-dix à la revue théorique du GRECE, Études et Recherches. Plusieurs séminaires et colloques furent consacrés à cette question durant la première décennie d’existence du GRECE, très souvent animés par Alain de Benoist. Ainsi, un séminaire fut-il organisé à l’école HEC de Jouy-en-Josas le 23 mars 1969 sur l’« Origine et permanence de la civilisation européenne », suivi le 21 février 1971, par un autre à la Faculté libre d’économie et de droit (la FACO) sur « Les Indo-Européens ». En 1975, ces séminaires se transformèrent en journées d’études. Les 8 et 9 mars 1975, plusieurs spécialistes grécistes ou apparentés (Jean Varenne, Giorgio Locchi, Alain de Benoist, Jean-Claude Rivière, Jean-Paul Allard) se réunirent pour débattre de cette thématique. Haudry en 1981 consacra un Que sais-je ? à cette problématique, qui fit scandale, et fonda l’année suivant une revue, Etudes Indo-Européenne. Nous pourrions multiplier les exemples…

Pour répondre à la seconde partie de votre question, ce n’est pas la seule formation extrémiste de droite qui le fit, mais elle le fit de manière systématique, et surtout très poussée : la Nouvelle droite a construit un discours très élaboré, s’appuyant sur la philologie, l’histoire, l’anthropologie, etc., dont l’objectif est de montrer la persistance d’une idée indo-européenne et païenne en Europe. De ce fait, leurs travaux ont servi à d’autres formations ou courants de l’extrême droite…

-Quel est l’impact des travaux sur le mythe polaire et les indo-européens sur des mouvements d’extrême droite comme le Front National ou les Identitaires ?

Sur le Front National, l’impact est faible, sauf chez certains militants/cadres ayant eu un parcours précis auparavant (néonazis, identitaires, grécistes). Le militant de base, lambda, du FN ne s’intéresse pas ou peu à ces questions. Par contre, cette thématique a plus d’impact sur les Identitaires, à prendre au sens large comme je l’ai montré dans cet ouvrage. Ce discours raciologique reste confiné dans les marges les plus radicales des milieux de l’extrême droite.

Malgré tout, il n’en reste pas moins que beaucoup, au sein de l’extrême droite, adhère au postulat d’une origine polaire, ou circumpolaire, de la civilisation européenne. Cette acceptation implique donc une philosophie de l’histoire à fondement ethnique. De cette dernière découle, en outre, une réaffirmation des thèses polygénistes sur les origines des différents groupes « ethniques », « raciaux » humains. Autre conséquence de tels discours, chez les éléments les plus radicaux : l’idée selon laquelle les Indo-Européens furent, et restent au travers de leurs descendants (c’est-à-dire la « race blanche »), des créateurs de civilisations, si ce n’est les créateurs de la civilisation. En effet, il ne faut pas oublier que certains parmi les plus radicaux, comme nous l’avons vu, soutiennent la thèse selon laquelle la civilisation ne s’est diffusée qu’au travers de la dissémination des peuples Indo-Européens depuis l’habitat originel polaire…

Pour commander l’ouvrage cliquez sur la couverture.

Leurs références dans ce domaine sont les auteurs Saint-Loup[6] et Jean Mabire, ainsi que le raciologue Hans F. K. Günther. Ceux-ci, en particulier Saint-Loup, concevaient l’Europe comme une entité supranationale différentialiste, respectant les pratiques culturelles de régions ou de province à l’identité forte, c’est-à-dire des « peuples », fédérés mais liés par le « sang », par des traditions spécifiques et par un fonds civilisationnel commun. En effet, dans les milieux de l’extrême droite de l’après-guerre, en particulier ceux proches du national-socialisme, le thème de l’« Europe des ethnies » a donné son contenu à l’utopie d’un nouvel empire européen, défini à la fois par la « race blanche » et par l’identité indo-européenne païenne. Cependant, ces groupes cherchaient à préserver une diversité ethnique interne.

-Quels sont selon vous aujourd’hui les milieux ou groupuscules politiques qui adhérent à ces théories ?

Principalement la frange völkisch issue de la Nouvelle Droite, que j’ai appelé dans plusieurs travaux les « folkistes », qui se singularise par un discours ethno-différentialiste radical, identitaire, païen et nordiciste. Ce courant de l’extrême droite est en plein essor en Europe depuis le début des années deux mille. En fait, cette thématique, comme je viens de le dire, est plutôt celle de militants qui s’attachent à la notion d’identité européenne, à l’ethno-régionalisme, aux questions raciales. De ce fait, nous les trouvons plutôt au sein de la mouvance identitaire, commeTerre et Peuple, de Réfléchir & agir, des éditions du Lore, etc.

-L’attrait pour les études sur les Indo-européens, le paganisme nordique ou celte sont-ils forcément des marqueurs d’appartenance à l’extrême droite ?

Pas du tout, et heureusement. Tous les amateurs de paganisme nordique ne sont pas de dangereux nazis, tous les régionalistes bretons un peu païen ne sont pas des disciples d’Olier Mordrel… Ces thèmes ne doivent être laissés à l’extrême droite et être étudiés de manière universitaire, car ils sont importants pour comprendre l’histoire de l’Europe. D’ailleurs la question indo-européenne n’est toujours pas résolue, bien que la recherche ait beaucoup progressé depuis le début du XXe siècle.

-Est-ce qu’un parti ou un mouvement politique aujourd’hui peut se structurer sur ce genre de théories ?

Oui, évidemment, mais il insiste surtout sur l’idée d’une autochtonie des Indo-Européens : comme ceux-ci sont vus comme étant le peuple indigène de l’Europe, ces mouvements ou partis se pose en défenseur à la fois de l’identité culturelle européenne et surtout de l’identité ethnique de celle-ci… C’est une réactualisation de la vieille doctrine de la défense de la « race blanche ». Cette défense se retrouve par exemple, mais de façon édulcorée (ou discrète) chez leBloc Identitaire, qui fustige le métissage et l’« immigration-colonisation », vus comme un ethnocide des Européens. Ainsi, peu de temps après sa fondation, il a mis en place, avec l’aide de Terre et peuple, un Conseil Représentatif des Associations Blanches, sur le modèle du CRAN et du CRIF. Cette structure a fait long feu…

Si le BI insiste sur l’identité européenne, il ne met pas en avant dans ses discours l’origine polaire des Indo-Européens. Enfin, certains Identitaires, passés à la fois par le GRECE puis par le BI, refusent le nordicisme pour une promotion « basique » de l’identité Européenne. C’est le cas, par exemple, de Richard Roudier, du Réseau Identité, qui considère que la Nouvelle Droite insistait trop sur la thématique nordique… Sinon, nous retrouvons aussi cette thématique, mais dans une optique plus radicale, dans un groupuscule comme le PNFE, qui surfe ouvertement sur cette symbolique de façon récurrente.

-Vous abordez dans le livre la scène musicale[7] se rattachant à ces questions. Est-ce que ce type de scène existe aujourd’hui en France ?

Oui, elle est à la fois très discrète et très dynamique, c’est-à-dire avec plusieurs groupes qui produisent beaucoup. Cela reste globalement confiné dans des milieux très précis : scène naziskin, NSBM[8] et surtout scène indus/néofolk[9]. L’un des groupes les plus talentueux dans ce dernier registre était Dawn and Dusk Entwined[10], une entité monocéphale, mais il a cessé de jouer (d’exister ?) pour l’instant. Le discours était peu politique, mais ce groupe a beaucoup insisté sur les thématiques étudiées dans le livre : nordicisme, ésotérisme, identité européenne, paganisme, etc. Il y a d’autres groupes, dont Barbarossa Umtrunk[11], qui insistent plutôt sur l’« occultisme nazi[12] » et l’origine circumpolaire de la civilisation européenne.

Notes de La Horde

[1] Stéphane François, lorsqu’il emploie le terme Identitaires, ne parle pas uniquement du Bloc Identitaire et de Génération Identitaire de Fabrice Robert et Philippe Vardon, mais d’un milieu où l’on retrouve également Terre & Peuple, Réfléchir & Agir …

[2] Groupe de Recherche et d’Etude sur la Civilisation Européenne. Fondé en 1969 par des anciens de Europe-Action.

[3] Alain de Benoist, fondateur du GRECE, est considéré comme l’un des principaux responsables de la Nouvelle Droite.

[4] Ancien membre du Front National et du MNR, il est le fondateur et animateur du mouvement Terre & Peuple, dont l’un des avatars est le groupuscule Europe Identité, proche aujourd’hui de la Nouvelle Droite Populaire.

[5] Militant d’extrême droite engagé dans le régionalisme normand, il est connu pour ses livres sur les Waffen SS chez Fayard dans les années 70.

[6] De son vrai nom Marc Augier, cet ancien engagé dans la LVF et les Waffen SS est une référence pour les jeunes néonazis ou la mouvance identitaire avec des livres comme J’ai vu l’AllemagneNouveaux cathares pour Montségur.

[7] Pour plus d’information sur cette scène, nous vous invitons à consulter le livre de Stéphane François La Musique Europaïenne : Ethnographie d’une subculture de droite. Ed L’Harmattan

[8] National-Socialist-Black-Metal

[9] On peut citer pour la France des groupes comme Sinweldi, Militia De ou Front Sonore (même si ce groupe semble plus proche des thèses NR ou National-Bolchevik).

[10] Il existe entre autre un album hommage autour d’Otto Rhan, officier de la SS qui publia deux ouvrages ésotériques La cour de Lucifer et Croisade contre le Graal. Il passa du temps dans le sud de la France, persuadé que le Graal avait été la propriété des Cathares.

[11] Groupe dont plusieurs albums sont centrés sur des thématiques appartenant à l’ésotérisme nazi.

[12] Stéphane François Le nazisme revisité : L’occultisme contre l’histoire. Ed. Berg International

Advertisements