Nouveau

Le rapport de force reste favorable à Marine Le Pen

Ballester-La-Balsa-de-la-Medusa

Le Radeau de la Méduse, revu par José Ballester

Propos de Jean-Yves Camus recueillis par Dominique Albertini, « Conflit au FN : «Le rapport de force reste favorable à Marine Le Pen» », Libération, 9 juillet 2015.

Le bras de fer entre Jean-Marie Le Pen et sa fille peut-il avoir des conséquences profondes sur l’avenir du FN, ou n’est-il qu’une spectaculaire péripétie ?

Je ne m’attends pas à des répercussions majeures. Les électeurs du FN ont déjà tourné la page de Jean-Marie Le Pen. L’électorat frontiste s’est consolidé, a passé le plafond de verre des 20% puis des 25% de votes en faveur d’un FN dirigé par Marine Le Pen, et pas par son père. Si le conflit s’envenime encore, il y aura peut-être une petite déperdition d’électeurs. Mais la tendance de long terme est favorable à Marine Le Pen. Il n’y a pas d’espace pour une formation dissidente à la droite du FN, ou alors à 2% des voix à peine. Dans tous les pays occidentaux, les tentatives de concurrencer les partis nationaux-populistes sur leur droite ont échoué.

Quel impact à l’intérieur du parti alors ?

Beaucoup de militants et de cadres au FN trouvent que tout cela est un gâchis et qu’il va falloir arriver à une forme de modus vivendi entre protagonistes. Celui-ci s’annonce toutefois difficile à trouver vu l’escalade verbale récente. On peine à imaginer ce qu’il peut se passer pour le moment. Il était sans doute salutaire pour Marine Le Pen de couper le cordon avec son père, mais encore fallait-il se donner les moyens juridiques de le faire correctement.

Ce conflit peut-il modifier les rapports de force à l’intérieur du parti ?

Je les pense à peu près établis en faveur de Marine Le Pen. Tout y participe : ses résultats électoraux depuis 2011, l’âge de son père et de ses soutiens… On ne doit pas, cependant, négliger la dimension idéologique de ce conflit. Il faut être aveugle pour penser que Marine Le Pen aurait donné la même interview que son père à Rivarol – en fait, elle ne l’aurait sans doute pas donnée du tout. La divergence est aussi tactique : Jean-Marie Le Pen pensait que la victoire viendrait par le haut, par la présidentielle, et par la décompositon de la droite. Marine Le Pen est plus prudente et sans doute plus réaliste : elle cherche à se créer un socle suffisamment large, à la fois par le haut et par le bas, par les élections locales. Pour, un jour, amener une partie de la droite à admettre le FN comme un partenaire valable.

Jean-Marie Le Pen est-il légitime à se poser en garant de la démocratie interne du FN ?

Il a dirigé le FN en le personnalisant à l’extrême, au point que l’on a parlé de «dérive monégasque». Toutefois, de 1972 à 2011, le FN était une sorte de maison commune de l’extrême droite. Même si la double appartenance était officiellement interdite, différentes sensibilités s’y exprimaient de manière officieuse. Sous Marine Le Pen, la maison commune n’a plus les mêmes habitants : les pièces rapportées arrivent désormais de la gauche souverainiste, de la droite traditionnelle, voire de nulle part. La diversité interne s’est indéniablement réduite – mais est-ce un mal que d’avoir expulsé les franges les plus radicales du parti ?

La marginalisation de Jean-Marie Le Pen changerait-elle la nature du parti ?

Dans la tête des électeurs, sa mise à l’écart est déjà actée. Toutefois, le FN va durablement avoir à gérer le fait que, membre du FN ou pas, Jean-Marie Le Pen s’exprimera tant qu’il sera en vie et trouvera toujours un certain écho. On peut décréter qu’il ne parle plus au nom du FN, mais on n’empêchera pas une fraction de Français de se dire : l’homme qui parle là est le fondateur du FN.

Publicités