Nouveau

Parution : Ma Première nuit en prison / Ma dernière nuit en prison

prison-de-la-santeJoseph Beauregard, Ma Première nuit en prison / Ma dernière nuit en prison, une série sur Radio Nova (diffusions à 8h10 et à 18h20) et Le Monde.fr, du lundi 14 au vendredi 25 septembre 2009.

Présentation de Radio Nova et Le Monde.fr :

“Ma première nuit en prison”/”Ma dernière nuit en prison” : une collection de 10 témoignages donnant à entendre la  voix de 5 anciens détenus (4 hommes et une femme) qui se souviennent de ces deux nuits pas comme les autres. Tous ont des souvenirs âpres marqués au fer rouge par cette première nuit initiatique et cette dernière nuit où l’espoir, mais aussi la crainte, la déchirure, sont exacerbés.

Et ces deux nuits dialoguent les unes avec les autres : adaptation et survie en milieu hostile, souffrance et mûrissement, solidarité et vieillissement… Des histoires fortes, des témoins francs et sincères – une mosaïque sans fard sur la prison.

Entre 2002 et 2008, le nombre de personnes placées sous écrou a augmenté de 25%. Au 1er avril 2009, il y avait 66 716 détenus pour 52 741 places, répartis dans 194 établissements. La durée moyenne sous écrou est passée de 7,9 mois en 2002 à 9 mois en 2008. Près de 75% des personnes condamnées le sont à des peines de mois de 6 mois. Chaque jour, 3 tentatives de suicide, 3 débuts de grève de la faim et un suicide effectif ou mort suspecte tous les trois jours, soit un taux supérieur de 7 fois au monde extérieur. Voilà pour le portrait statistique de l’univers carcéral. La prison ou « la honte et l’humiliation de la République ».

En réalisant cette collection, Joseph Beauregard, l’auteur, a souhaité poursuivre son engagement citoyen et son travail sur l’univers carcéral : « La prison ne doit pas être une vengeance mais une seconde chance. Depuis toujours, la prison est coupée des valeurs républicaines, c’est un univers où l’inhumanité, la violence, l’arbitraire, la peur et la misère règnent. C’est un monde où la dignité humaine est absente et ce n’est pas acceptable ».

Avec ces deux nuits, c’est tout un univers qui se déploie avec ses codes, ses secrets, ses rituels, ses histoires intimes et un quotidien réinventé. Est-ce qu’on peut dire la prison ? Avec ces nuits en prison suspendues à l’angoisse et l’inconnu, Joseph Beauregard donne à entendre quelques minutes d’humanité.

Publicités